Les crimes du 22e siècle - l’histoire de Gamedec

La technologie peut-elle changer la nature humaine ? Marcin Sergiusz Przybyłek, auteur de science-fiction et créateur de l’univers dystopique de Gamedec RPG a une opinion très tranchée sur le sujet. Voici un article qu’il a écrit pour nous avec un... point de vue intéressant.
Cette fin de 22e siècle est une période étrange. Les gens vivent dans des villes, de véritables cages les abritant d'un écosystème agressif grâce aux barrières ABB. L’émigration pour Gaia bat son plein. Des centaines de milliers de mondes sensoriels vous permettent de choisir n’importe quelle réalité et d’y vivre, voire même d’y travailler. Les Zoenets ne se déconnectent presque jamais du réseau.
La nature humaine a-t-elle changé ? On vient de sortir de notre grotte, et on a achevé six autres espèces d'Homo Sapiens. Donc non, nous n’avons pas changé. On continue de voler, de mentir, de manipuler, de tuer. Tout ce qui a changé, ce sont les circonstances, les outils, les cadres. La nature humaine est restée fidèle à elle-même.
Je suis un gamedec. Vous vous dites probablement que c’est un drôle de métier. Que je plaisante. Mais à votre place, je réserverais mon jugement. Laissez-moi vous expliquer ce que je fais, et on verra si vous êtes toujours du même avis, d'accord ?
Vous savez que quand vous vous connectez, votre corps se dévitalise, n’est-ce pas ? Vous êtes assoupis comme une souche dans votre lit virtuel. Impossible de bouger. Impossible d’entendre ce qu'il se passe dans votre appartement. Tout ce que vous êtes capable de voir et de ressentir, c’est le jeu. Parce que celui-ci se déroule dans votre cerveau, et pas dans Realium. Vous êtes donc la victime parfaite. Après tout, quoi de plus vulnérable que quelqu’un qui passe quatre jours allongé, comme s'il était atteint de paralysie, et le tout sans aucune idée de ce qui se passe autour de lui ?
Certes, vos portes disposent de verrous mécaniques et numériques, mais cela sera-t-il suffisant pour dissuader les cambrioleurs ? Un verrou, ça se pirate, ou ça se force. Il suffit de savoir que vous êtes en train de jouer, en train de chevaucher votre dragon, l’épée à la main, dans Way of the Dragon. Et tout ce dont ils ont besoin, c’est de votre adresse. Bien que ça soit illégal, avec l’app Investigator, ça se trouve facilement.
Pour peu que vous ne soyez pas à l’autre bout du monde, mais dans la même polis que notre cambrioleur, il lui suffira d’aller chez vous, et ensuite...
Disons que les possibilités ne manquent pas.
Il peut tout simplement vous tuer à l'ancienne, pirater votre casque et faire frire votre cerveau, subtiliser tous vos biens, tant réels que numériques, déposer un cadavre dans votre appartement pour vous faire porter le chapeau d’un meurtre, organiser une orgie dans votre salon, ou encore ajouter une puce dans votre ordinateur. Et lorsque vous vous réveillerez pour aller sur le site de la banque et commander vos prochaines pilules ludiques, il gagnera accès à votre compte, et pourra programmer des débits réguliers vers le sien.
Pour jouer, il vous faut un casque, une tenue, un lit et un ordinateur. Autant d’objets qu’il est possible de modifier illégalement et de reprogrammer pour en faire des pièges mortels. Bien sûr, seul un expert en est capable, mais l’être humain a toujours excellé dans la torture. Par exemple, on peut altérer la tenue pour refroidir la température corporelle. Ça n’a pas l’air de grand-chose ? Vous avez envie de choper une pneumonie après être resté immobile pendant 3 jours ? Surtout avec des bactéries aussi dangereuses que les nôtres ? Il est aussi possible d’augmenter la température corporelle grâce à cette tenue, ce qui peut être encore pire. En piratant votre casque, vous risquez de trébucher et de vous blesser dans le Realium. Endommager le lit peut causer des blessures, et pirater un ordinateur permet d'infliger tout ça simultanément.
Pour jouer, vous avez bien besoin d’une manette qui modifie votre métabolisme, sans oublier le fluide que vous injectez dans votre nano-cavité, n’est-ce pas ? Imaginez comment ça finirait si vous veniez à ingérer une substance illégale et si votre injection était remplacée par un hallucinogène causant des crises de panique. Vous avez vraiment envie de vous réveiller dans un état psychotique avancé ?
Je vous ai fait peur ? Mon ami, ce n’est que le début. Là, je parle juste des éléments de base : le matériel et l’aspect chimique des jeux. Il y a des millions de jeux en ligne, des centaines de millions de joueurs, guildes, sociétés, possédant tous leurs propres objectifs, leurs propres causes et projets, menant chacune une lutte éternelle pour la survie.
On peut pirater les jeux de plein de façons différentes. Certains codes peuvent vous empêcher de vous déconnecter. Vous vous retrouvez ainsi coincé dans une boucle continue d’événements. On peut aussi désactiver les seuils sensoriels, et les coups d’épée d’un jeu innocent se transforment en véritables lames déchirant votre chair. Les codes peuvent vous faire perdre des courses qui vous auraient rapporté des fortunes, perturber votre perception lors d’une partie décisive d'une compétition esport, et totalement bouleverser votre carrière.
Les jeux sont faits par des sociétés. Et donc, les sociétés sont en compétition. Parfois, elles iront saboter les créations des autres, faisant culpabiliser sans raison les joueurs de jouer à X ou Y. D’après vous, à quel point c’est dur, de faire ça ? Vous saviez que notre bonne et mauvaise humeur était régie par une zone de notre cerveau ? Selon vous, est-ce qu’un casque virtuel ne pourrait pas les stimuler ? Pensez-y.
Et c’est sans parler de l’ambiance Thomas, quand le joueur a l’impression d’être observé par dieu lui-même. Vous pensez que je vous ai tout dévoilé ? Oh, que non. Ça, c’est juste l’apéro. Mais bon, il faut que tout soit "court" de nos jours, ou les gens s'endorment.
J'en reviens donc à ma première question : pensez-vous que le métier de gamedec est inutile ?
N'hésitez plus : le monde fascinant créé par Marcin Sergiusz Przybyłek et d'incroyables artistes et développeurs vous attend. Gamedec est un RPG dans lequel les apparences sont trompeuses et vos décisions sont capitales ! Et n'hésitez pas à consulter la liste des jeux ayant inspiré l'auteur.